Loi de Laborit : loi du moindre effort

Le principe de Henri Laborit

Le principe de la loi de Laborit est le suivant: nous avons tendance à faire en premier les activités faciles ou agréables parce qu’elles sont plus motivantes. En d’autres termes, ce principe met en relief que nous préférons faire d’abord ce que nous aimons, ce que nous pouvons finir rapidement et ce que nous savons faire.

Nous avons donc tendance naturellement à choisir des tâches qui nécessitent peu d’efforts ce qui nous conduit à reporter sans cesse certaines actions (procrastination).

En quoi la loi de laborit est-elle intéressante ?

Ce principe est intéressant afin d’opérer une prise de conscience et avoir la discipline de nous débarrasser d’abord des tâches les plus complexes ou ennuyeuses. Comme disent les anglais : put first things first. 

Afin d’y parvenir il suffit de s’organiser en conséquence :

        • le matin, jusqu’à 11h, effectuez les tâches demandant le plus de concentration. Parcourez rapidement vos emails et répondez aux plus urgents. Laissez les moins urgents (càd ne nécessitant pas une action immédiate) à plus tard.
        • de 11h à 14h: lire/répondre aux email avant la pause déjeuner. C’est vers cette période de la journée que nous commençons à manquer d’énergie. C’est également une bonne période pour placer les réunions qui demandent moins d’attention (ex: un call où vous n’êtes pas amené à participer activement, une formation de nouvelles recrues que vous maîtrisez parfaitement)
        • de 14h à 16h: effectuez des tâches que vous aimez et qui vous passionnent
        • 16h et au-delà: terminez les sujets qui nécessitent du clame (le bureau commence à se vider) et entamez la phase atterrissage de votre journée bien chargée en planifiant la journée du lendemain
        • Pour les plus courageux, pensez à commencer votre journée du lendemain 30 min ou une heure plus tôt que d’habitude.

quel lien avec les autres principes

En lisant les autres articles de ce blog, vous réaliserez que finalement tous ces principes se rejoignent et c’est tant mieux : c’est un signe de cohérence entre les différentes sources.

A titre d’exemple, ce même principe est évoqué dans :

GESTION DU TEMPS: RANDY PAUSCH – THE LAST LECTURE

APPRENDRE À GÉRER SON TEMPS PAR CHARLINE LICETTE

Loi de Parkinson appliquée à la gestion de projets

Mais mon livre coup de coeur reste le grand classique Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent de Stephen Covey. L’auteur y décrit ce principe dans l’habitude numéro #3 : Donner la priorité aux priorités.

Dans ce chapitre, Stephen Covey illustre cette approche avec les mots suivants:

Pour vivre ce principe, nous dépendons essentiellement de notre volonté, de notre autodiscipline, de notre intégrité et de notre engagement, non pas envers des buts à court terme et des impulsions soudaines, mais envers de justes principes, envers nos plus profondes valeurs, envers tout ce qui confère un sens et un cade à nos buts, à nos plans à notre vie.

Une grande partie de ce chapitre est consacrée à un outil intrinséquement lié : la matrice d’Eisenhower ou matrice urgent-important dont j’ai fait un article séparé et pour laquelle j’ai développé un outil gratuit disponible sur Matrice d’Eisenhower -Template.

VOUS AIMEREZ MES AUTRES ARTICLES SUR CE SUJET:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*