(Revue de livre) The Decision Book – Fifty Models for Strategic Thinking

The Decision Book: Fifty Models for Strategic Thinking

Lors d’un déplacement au Royaume Uni, j’ai découvert ce livre « The Decision Book » parmi les best sellers du mois de Mars 2011.

En regardant de plus près, j’ai tout de suite été séduit par la structure du livre : l’ouvrage est organisé autour de 50 modèles aidant au processus de décision (decision–making process) puis chaque outil est succinctement présenté sur une page et agrémenté d’un croquis/illustration sur la page suivante.

Parmi les 50 modèles, une grande majorité vous sera familière (exemples : SWOT, Matrice d’Eseinhower, …) cependant la manière dont c’est présenté fait qu’on est quand même intéressé de lire (ou de regarder).

Je vous invite à voir quelques extraits de ce livre sur Amazon :

Compte-rendu de réunion : gagnez du temps

Pourquoi passer autant de temps à rédiger un compte-rendu de réunion ?

Avez-vous déjà essayé de faire un compte-rendu sans PC ?

Voyez un peu le résultat ci-dessous :

 

Compte-rendu de réunion : gagnez du temps

 

Certes l’écriture n’est pas droite, ce n’est pas aussi rafiné qu’un document imprimé …  n’empêche que le contenu est tout à fait lisible et les actions clairement identifiées.

Osez ce type de compte-réunion : vous gagnerez en efficacité !

Ne craignez pas un feedback négatif de la part de vos collègues ou votre manager : en terme de performance, ce qui compte, c’est que le compte-rendu soit distribué à la vitesse de la lumière et que les actions de chacun soient claires … la forme et les couleurs est-ce bien important finalement ?

Laissez votre feedback sur cet article !

(Micro-article) Pour/Contre stand-up meeting

Récemment, le magazine Management consacrait un excellent article au sujet de la gestion du temps. Parmi les conseils cités, l’article recommandait de faire autant que possible les réunions débout (stand-up meeting).

Le concept consiste à présenter des indicateurs visuels accrochés à un tableau ou un mur. Ce type de réunions permet de focaliser l’attention de l’auditoire. Contrairement à des réunions classiques, les invités ne peuvent pas utiliser leurs PC portables ou smartphones pour envoyer des mails, ils sont beaucoup plus attentifs aux explications, le présentateur expose ces points de manière succincte (fini les longs powerpoints) puis les interventions (ou interruptions) sont limitées.

Personnellement je suis très favorable à ce type de réunions, bien entendu lorsque le sujet ci-prête (autant dire une grande majorité de nos réunions). Citons au passage que cette méthode, en ligne avec le principe des Obeya Room, a été l’un des principaux outils ayant conduit le benchmark du secteur automobile (Toyota) à réduire drastiquement ses délais de développement (référence : Toyota Way, Jeffrey Liker).  Le groupe PSA quant à lui c’est également engagé dans cette voie (cf. article : PSA annonce la mise en place de « Obeya Room »).

[polldaddy poll=4645082]

(Micro-article) Loi de Laborit : loi du moindre effort

Le principe de la loi de Laborit est le suivant: on a tendance à faire en premier les activités faciles et/ou agréables parce qu’elles sont plus motivantes. Laborit nous dicte de faire précisément le contraire : en nous débarrassant d’abord des tâches plus complexes ou ennuyeuses, on libère son cerveau pour la suite.

Organisez vous en conséquence :

– le matin, jusqu’à 11h, effectuez les tâches demandant le plus de concentration. Parcourez rapidement vos emails et répondez aux plus urgents. Laissez les moins urgents (càd ne nécessitant pas une action immédiate)  à plus tard.
– de 11h à 14h : lire/répondre aux email
– de 14h à 16h : effectuez des tâches que vous aimez et qui vous passionnent
– 16h et au-delà : cloturez votre journée en planifiant la journée du lendemain

Autres articles sur le net:

Avalez le Crapaud ! – Blog Gestion du stress – otherwp – 24/03/2011

 

Loi de Parkinson appliquée à la gestion de projet

« Tout travail tend à s’étaler de façon à occuper le temps qui lui est alloué »

Introduction à la loi de Parkinson:

Cette loi a été publiée pour la première fois en 1955 dans « The Economist » par C.N. Parkinson (1909-1993). Historien anglais ayant débuté sa carrière au sein de l’armée britannique avant de se consacrer à l’enseignement dans plusieurs universités au Royaume Uni, États-Unis, Malaisie et Singapour. Il rééditera plus tard cette loi dans son ouvrage intitulé « Les Lois de Parkinson (1958) ».

Lire la suite